Image
Top
Navigation

PROTHÈSES MAMMAIRES

Au terme de la première consultation, je vous donnerai avec précision la technique que je proposerai dans votre cas : le type de prothèses mammaires, le positionnement de la prothèse, son volume et le tracé de l’incision et des gestes complémentaires éventuels.
Il existe différents types de prothèses en silicone ou en sérum physiologique. Les implants pré-remplis de gel de silicone de nouvelle génération contiennent un gel de silicone cohésif qui évite toute diffusion. Une grande diversité de formes est actuellement disponible, ce qui me permet d’adapter au mieux la forme désirée.

La prothèse mammaire peut être positionnée en rétro-glandulaire ou en retro-musculaire derrière le grand pectoral.
A partir des mesures pré-opératoires, je conseille la taille et la forme la mieux adaptée à votre morphologie pour un résultat le plus naturel possible.
Mon assistante Laurence BRESSON vous fait essayer les gabarits que j’aurai choisis, cela vous permet d’avoir un aperçu de votre nouvelle silhouette nue et habillée, en sachant que les prothèses de gros volume peuvent donner une belle silhouette habillée mais n’auront jamais un aspect naturel nue.
Les prothèses mammaires peuvent être mises en place par une voie d’abord péri-aréolaire inférieure ou sous-mammaire.
En cas de ptôse associée, je peux être amenée à pratiquer une cicatrice péri-aréolaire circulaire ou en T inversé (cf. ptôse).

AVANT L’INTERVENTION

Il est impératif d’obtenir un poids stable car toute variation de poids post opératoire détériorera le résultat esthétique.
Un bilan sénologique pré-opératoire est systématiquement prescrit (mammographie, échographie).

L’INTERVENTION

L’intervention se pratique sous anesthésie générale lors d’une brève hospitalisation.
Je mets en place un pansement compressif en post-opératoire immédiat. Pour diminuer le risque infectieux, je ne mets pas de drainage et une antiobioprophylaxie systématique est effectuée pendant l’intervention. Des examens préopératoires sont demandés afin de savoir si vous êtes porteuse saine de staphyloccoque dorée, auquel cas, une préparation spécifique sera prescrite.
Une échelle visuelle analogique d’évaluation de la douleur vous sera remise afin que vous puissiez évaluer personnellement votre douleur et que l’équipe médicale puisse adapter les antalgiques à votre douleur.
Il est impératif que la douleur soit prise en charge rapidement et nous demandons de bien vouloir vous soumettre à cette contrainte d’évaluation post-opératoire à la fois dans notre établissement et dans les jours qui viennent afin que je puisse adapter les antalgiques.

LES SUITES OPERATOIRES

J’assure avec mon équipe tous les soins post-opératoires spécifiques pour diminuer au maximum la rançon cicatricielle.
Le premier pansement se fait à la 48ème heure avec mise en place d’un soutien gorge compressif pendant un mois. Les pansements s’effectuent tous les quatre jours, pendant une quinzaine de jours environ puis un gel de silicone est prescrit pour plusieurs mois.
Durant le premier mois, la mobilisation de la partie supérieure du corps doit être limitée au maximum. Les activités physiques et sportives au niveau des membres supérieurs peuvent être reprises au bout d’un mois.

LE RESULTAT

Le résultat est obtenu au bout d’un an, temps nécessaire au bon positionnement des seins et à l’atténuation ces cicatrices. Les seins restent naturels et sensibles notamment aux variations hormonales et pondérales.
En tant que chirurgien, je suis très attachée au résultat sur le long terme car, avec le temps, les seins et le corps se modifient. Mon rôle est de prévoir et d’accompagner cette évolution au long de votre vie. En effet, plus les prothèses sont de gros volume, plus la ptôse secondaire sera importante avec le vieillissement et cette correction secondaire de la ptôse dans les années à venir aboutira obligatoirement à une rançon cicatricielle importante (cf. ptôse mammaire).