Image
Top
Navigation

RECONSTRUCTION MAMMAIRE APRÈS CANCER

La reconstruction mammaire après mastectomie pour cancer peut être immédiate ou secondaire.
Je travaille à la Clinique de L’Union au sein d’une équipe pluridisciplinaire spécialisée en cancérologie mammaire (Radiologue, chirurgien gynécologue et cancérologue spécialisés).
Les indications de reconstruction mammaire immédiate sont discutées en réunion RCP (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire). Le plus souvent nous proposons une reconstruction immédiate lorsqu’aucun traitement complémentaire n’est pas prévu (carcinome canalaire in-situ multi- focal ou de grande taille ou rétro-aréolaire).

Dans les autres cas, lorsqu’une radiothérapie est prévue, nous préférons différer la reconstruction pour ne pas risquer de retarder le traitement de la maladie et pour obtenir un meilleur résultat esthétique.
Deux types de reconstructions :
– Reconstruction par implant mammaire
– Reconstruction par tissu autologue
– Lambeau musculaire
– Réinjection de graisse

Lors de la première consultation, j’effectue un examen clinique précis avec prise de photographies afin d’étudier la morphologie de la patiente, la qualité de la peau et l’aspect du sein controlatéral (volume, degré de ptôse, la taille et la position de l’aréole). Cet examen me permet d’apprécier la faisabilité des différentes techniques, d’en discuter avec vous et de proposer la technique la mieux adaptée à la fois aux conditions anatomiques et à votre mode de vie.
L’arrêt de l’intoxication tabagique, 45 jours avant l’intervention étant donné les risques de souffrance cutanée due à la vasoconstriction exercée par la nicotine, n’est malheureusement pas possible dans le cadre de l’urgence..
Un bilan sénologique du sein controlatéral pré-opératoire est systématiquement prescrit (mammographie, échographie).

Reconstruction par implant mammaire
La reconstruction par pose d’implant mammaire est la technique la plus simple et la plus rapide, elle nécessite cependant une peau d’excellente qualité.
La prothèse est mise en place sous le muscle grand pectoral qui est désinséré pour recouvrir la prothèse.
L’inconvénient réside dans le vieillissement du côté reconstruit toujours différent du vieillissement du sein controlatéral et de la nécessité du changement de la prothèse sur le long terme.

Reconstruction par tissu autologue utilisant les tissus de la patiente
Quand la peau est de mauvaise qualité après irradiation c’est la seule technique réalisable.

Reconstruction par lambeau musculo-cutané
– La reconstruction par lambeau musculo-cutané de grand dorsal est une technique de grande fiabilité qui apporte de la peau et du muscle d’excellente qualité avec une cicatrice dorsale.
– La reconstruction par TRAM utilise un muscle grand droit avec la peau abdominale. Il donne d’excellents résultats esthétiques avec une séquelle musculaire importante au niveau abdominal mais permet dans le même temps opératoire de corriger un excès cutanéo-graisseux abdominal.
– Le DIEP, branché par micro-chirurgie permet d’utiliser la peau et la graisse du ventre sans créer de séquelles musculaires.

Réinjection de graisse ou lipostructure

– La lipostructure par réinjection de graisse autologue permet à la fois de reconstruire le volume du sein et d’améliorer la qualité des tissus. Elle peut être utilisée en association à d’autres techniques avant mise en place de prothèse, pour corriger les imperfections après mise en place de prothèse ou après un lambeau. Elle peut être utilisée seule, le plus souvent avec la technique de BRAVA qui utilise un appareillage spécifique à porter plusieurs heures par jour pendant un mois avant et après chaque intervention ce qui permet d’expandre la peau, d’augmenter le volume du sein et de créer un environnement favorable à la prise de la greffe de cellules graisseuses. Le nombre d’interventions nécessaires dépendra de la qualité de la peau et du volume souhaité.

La reconstruction mammaire nécessite de multiples interventions : souvent la symétrisation du sein controlatéral, un peu de lipostructure, la reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaireet/ou une dermopigmentation pour parfaire le résultat. La motivation des patientes pour aller jusqu’au bout d’une reconstruction parfaite doit être évaluée dès le départ.